Les «fonctionnaires-journalistes» de la MAP sont-ils des espions?

 Un ancien article pour la mémoire

 

 Il y a le feu entre la MAP, l’agence de presse officielle du Makhzen, et la version francophone du site Lakome. Dans un article publié par ce site, le journaliste Christophe Guguen a rappelé une évidence mise en exergue par la Cour des comptes, à savoir le « manque d’objectivité et d’indépendance de l’agence de presse officielle ».
Que la MAP soit un appendice du Makhzen, ce n’est pas un scoop. Par contre ce qui est vraiment une révélation c’est que cette vérité élémentaire soit dite par un organisme d’Etat marocain, en l’occurence la Cour des comptes.
Mais il y a autre chose dans l’article de Lakome qui a chatouillé la sensibilité de la direction de la MAP : la dépendance de cette dernière à la DGED (Direction générale des études et de la documentation), les services secrets extérieurs du royaume dirigés par le copain du roi, Mohamed Yassine Mansouri. Et c’est cette allusion à l’un des fondements de la MAP qui a fait sortir de ses gonds la direction de cette agence de désinformation.
La réaction n’a pas tardé. Par la voix de son directeur de l’information, Adil Zaari Jabiri, la MAP a distribué à la presse marocaine une mise au point dans laquelle, outre de maladroites justifications, elle s’en prend à la condition d’« étranger » de Christophe Guguen. Comme si écrire sur le Maroc, et ses tares, relevait de la seule prérogative du journaliste marocain. La MAP semble ignorer que Othman Al Omeir, qui dirige le groupe Maroc Soir, une dépendance médiatique du Palais dont l’une des spécialités est de s’en prendre constamment au gouvernement islamiste d’Abdelillah Benkirane et à tous le dissidents marocains, est un sujet du roi Abdellah d’Arabie saoudite.
Mais, allons à l’essentiel. Pour M. Zaari Jabiri les fonctionnaires-journalistes de la MAP ne sont pas des « espions ». A cela, il faut répondre par des faits. Rien que des faits.
La trajectoire professionnelle de l’actuel directeur général de la MAP, Khalil Hachimi Idrissi, est assez connue pour qu’on n’en rajoute pas trop. Il faut juste dire que de Paris où il faisait des études d’histoire, alors qu’il s’intéressait plutôt aux histoires des autres pour le compte de certaines officines marocaines, à Casablanca où en tant que rédacteur en chef de Maroc hebdo, sous la houlette de son professeur et mentor Mohamed Selhami, Hachimi Idrissi a toujours fait autre chose que de l’information, publiant toutes les histoires sales qui affectent les politiciens, journalistes et hommes d’affaires qui n’étaient pas dans les bonnes grâces du régime.
On sait aussi comment a été monté le journal Aujourd’hui le Maroc, propriété du même Hachimi Idrissi et dont l’un des actionnaires n’est rien moins que la Caisse de dépôt et de gestion (CDG), un établissement public, symbole du Makhzen économique, dont le rôle n’est pourtant pas de financer des journaux privés.
Voilà pour l’actuel directeur général de la MAP.
Pour la MAP elle-même, on semble oublier que l’actuel patron de la DGED, les espions marocains à l’étranger, Mohamed Yassine Mansouri, est un ancien directeur général de la … MAP. Et que plusieurs honorables correspondants de cette dernière à l’étranger ont été priés ces dernières années de quitter leurs postes sous peine d’expulsion. Le cas le plus retentissant est celui de Hafid Bakkali, l’ancien chef du bureau de la MAP à Nouakchott, expulsé manu militari par la Mauritanie pour faire autre chose que du journalisme…
Ce n’est pas connu du grand public, mais dans le cadre de son travail, l’agent de la MAP est appelé à rédiger deux textes sur le même sujet traité. Le premier est une dépêche courante et normale destinée au public, et le deuxième est une note d’information (N.I.) dans laquelle l’agent transcrit sans aucune autocensure tout ce qu’il a vu et entendu. Ces NI sont destinées aux services secrets et aux hauts responsables de l’Etat. Ce sont les seules « informations » rédigées par ces drôles de « fonctionnaires-journalistes » qui ne sont pas soumises à la censure puisqu’elles doivent impérativement transcrire fidèlement ce que les agents voient et entendent.
Si ce n’est pas de l’espionnage, c’est quoi alors ?
En 2007, dans une affaire opposant les deux agents de la MAP à Madrid, Mansour Madani et Saïd Ida Hassan au journaliste Ali Lmrabet, la Cour d’appel (Audiencia Provincial) de Madrid, a dans une sentence judiciaire historique, en se basant sur des informations publiées au Maroc et qui n’ont jamais été démenties au Maroc, reconnu que les liens entre la MAP et la DGED sont « suffisamment prouvés » [Voir copie jugement ci-dessous].
Si la Cour des comptes du royaume du Maroc estime que la MAP n’est pas une agence de presse fiable et objective, et si une cour de justice du royaume d’Espagne assure que cette agence est liée aux services secrets marocains, la MAP a un sérieux problème.

Demain online

NB: cet article date de 2013 

Advertisements
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s