DETOURNEMENT DE L’AIDE DES REFUGIES SAHRAOUIS : Le Cabinet du Commissaire européen de l’aide humanitaire dément

  Le Cabinet du Commissaire européen chargé de l’aide humanitaire a démenti les “informations” colportées par le Maroc sur un prétendu détournement d’une partie de l’aide humanitaire européenne destinée aux réfugiés sahraouis dans les camps de Tindouf, a indiqué l’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles, Amar Belani. “Le Cabinet du Commissaire européen chargé de l’aide humanitaire, Christos Stylianides, a catégoriquement démenti l’information sur un soi-disant détournement d’une partie de l’aide humanitaire européenne destinée aux réfugiés sahraouis dans les camps de Tindouf”, a déclaré M. Belani, ajoutant que l’objectif était de “manipuler l’opinion publique marocaine et internationale dans une vaine tentative de porter atteinte à l’image de l’Algérie dont le soutien au peuple sahraoui et la solidarité agissante à l’égard de ses réfugiés, ne souffrent d’aucune contestation”. Le 28 novembre dernier, l’agence officielle de presse marocaine MAP a rapporté une dépêche “calomnieuse” visant à “dénaturer la réalité du soutien européen aux réfugiés sahraouis”, en attribuant à Christos Stylianides “une déclaration sortie de son contexte sur le prétendu détournement d’une partie de l’aide humanitaire européenne destinée aux réfugiés sahraouis de Tindouf”. “Cette manœuvre vise également à détourner l’attention sur la situation d’occupation illégale par le Maroc d’un territoire sur lequel sa souveraineté n’est reconnue par aucun pays au monde et des violations documentées des droits humains des Sahraouis par les autorités répressives marocaines”, a ajouté encore le diplomate algérien. Evoquant la gestion et la fourniture de l’aide humanitaire par l’Union européenne (UE), l’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles a rappelé que Christos Stylianides avait indiqué en avril 2016, dans une réponse à une question écrite de l’eurodéputé Hugues Bayet, connu pour ses accointances avec le Maroc que “la Commission travaille avec un nombre limité d’organisations partenaires clés (notamment le Programme alimentaire mondial, le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés, OXFAM, la Croix-Rouge espagnole) pour garantir la maîtrise totale de l’aide”, soulignant que “l’aide humanitaire de la Commission n’est ni fournie ni contrôlée par une quelconque autorité politique”. Et le Commissaire européen de préciser que 24 missions de contrôle ont été effectuées en 2015 et le personnel humanitaire de la Commission a passé jusqu’à deux semaines par mois dans les camps.
Salim

http://www.reflexiondz.net/DETOURNEMENT-DE-L-AIDE-DES-REFUGIES-SAHRAOUIS-Le-Cabinet-du-Commissaire-europeen-de-l-aide-humanitaire-dement_a44138.html 

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Le comité Palestinien pour la solidarité avec le peuple sahraoui condamne l’arrestation abusive des militants sahraouis

   
 Dans un communiqué publié hier, le comité palestinien pour la solidarité avec le peuple sahraoui condamne avec vigueur la vague des arrestations arbitraires des militants sahraouis par les forces d’occupations marocaines. “Les arrestations ont été faites par les services secrets marocains dans le cadre d’une campagne hystérique menée par l’état marocain contre le peuple sahraoui qui organise des manifestations pacifiques pour l’indépendance et la liberté” lit-on dans ce communiqué.

Le Jeudi 2 Décembre, des policiers en civile ont détenu un groupe de jeune sahraoui dont figure un membre du comité palestinien pour la solidarité avec le peuple sahraoui, Ali Saadouni. 

“c’est pas la première fois que ce militant est détenu. En fait, les autorités d’occupation marocaine l’ont incarcéré et enlevé à plusieurs reprises où il a été systématiquement exposé à tout genre de torture et traitement dégradant” ajoute le communiqué.

Le comité palestinien fermement déclare sa solidarité avec Ali Saadouni et ses camarades en détention et responsabilise l’état marocain pour tout abus infligé sur leur état physique et morale, et lance un appel urgent aux libres du monde pour faire pression sur l’état marocain pour libérer tous les prisonniers politiques sahraouis dans les geôles de l’occupation marocaine.

Khalil Asmar

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Un vaste réseau de blanchiment démantelé entre l’Europe et le Maroc

  
Un système bancaire parallèle: voilà ce qu’ont démantelé les enquêteurs européens qui décrivent un réseau tentaculaire de blanchiment d’argent de la drogue entre le Maroc, la France, la Belgique et les Pays-Bas, auquel ils estiment avoir porté un coup fatal la semaine dernière.Une affaire “exceptionnelle, hors normes”, ont souligné mardi à Marseille lors d’une conférence de presse les magistrats et enquêteurs ayant participé à l’opération.
Les montants donnent en effet le tournis : “il a pu être tracé 75 millions d’euros entre août 2015 et novembre 2016” qui ont transité en France par ce réseau, a expliqué le procureur de la République de Marseille Xavier Tarabeux. A l’échelle internationale, les estimations “portent ces opérations de blanchiment à près de 400 millions d’euros sur les quatre dernières années”.

Au-delà de la saisie globale, la 2e plus importante de l’année, d’une valeur de 6,5 millions d’euros environ -plus de 5 millions d’euros entre la France et la Belgique, 7 kilos d’or, 10 kilos de cocaïne, ainsi que 785 kilos de cannabis- les montants blanchis impressionnent les spécialistes.

“Je travaille depuis seize ans à Europol et je n’ai jamais vu quelque chose comme ça”, a expliqué Pedro Felicio, spécialiste portugais de la délinquance financière pour cet organisme.
Le système découvert constitue, d’après les enquêteurs, un véritable réseau bancaire parallèle, un “Hawala” (système traditionnel de paiement informel, dans la culture arabe), dont la tête était au Maroc.

“On est au niveau au-dessus des réseaux de trafics” de drogue, a mis en avant M. Tarabeux. Des collecteurs récupèrent l’argent des trafics et le remettent à un niveau supérieur. L’organisation fonctionne ensuite par “compensation entre les pays” effaçant toute traçabilité tout en limitant les transferts internationaux.
L’argent collecté dans un pays est disponible ailleurs sur le territoire ou dans un autre Etat. “Le montage repose à la fois sur le numéraire et sur la confiance entre les interlocuteurs”, ainsi que “sur l’importance du trafic de stupéfiants”, a souligné M. Tarabeux, en présence d’un magistrat d’Eurojust, d’un représentant d’Europol et d’enquêteurs français, hollandais et belges.

L’enquête a nécessité la coopération des services d’enquête européens, réunis au sein d’une “équipe commune d’enquête” constituée pour l’occasion et agissant sous la direction de la Juridiction interrégionale spécialisée de Marseille.
Le ministre français de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a félicité mardi “les gendarmes des sections de recherches de Paris, de Marseille, ainsi que les 425 enquêteurs et membres des unités d’intervention de la gendarmerie nationale dont les investigations remarquables ont permis la neutralisation de ce réseau particulièrement actif”.

Tout a commencé par l’interception fortuite, par les douaniers, le 10 juin 2015 à Mornas (Vaucluse) d’un véhicule à bord duquel ont été retrouvés 298.000 euros en petites coupures.
Pendant un an, les enquêteurs ont mené des surveillances et analysé le système mis en place, avant de déclencher lors d’une collecte d’argent à Besançon une vaste opération coordonnée entre la France, les Pays-Bas et la Belgique. Le collecteur interpellé à Besançon “avait réalisé une dizaine de transports de fonds pour 61 millions d’euros”, a expliqué M. Tarabeux.
A Paris, une épicerie servait de succursale où s’effectuaient dépôts et retraits. Les services de l’Hawala ne bénéficiaient pas qu’aux trafiquants: un commercial diamantaire, un gérant de société, un autre gérant de plusieurs commerces, un médecin généraliste ou encore une négociatrice immobilière ont été interpellés.
En France, l’affaire a donné lieu à 20 mises en examen, 18 mandats de dépôt, un contrôle judiciaire, ainsi que 3 mandats d’arrêt: un au Pays-Bas et deux au Maroc, dont la tête présumée du réseau. Une personne a souhaité un débat différé. Au total 50 personnes en Europe ont été arrêtées, la moitié sont aujourd’hui détenues.
“Cette affaire touche à ce qu’il y a de plus sacré pour les trafiquants” s’est réjoui le général David Galtier, qui dirige la gendarmerie de Provence-Alpes-Côte-D’Azur. “Nous avons réussi à remonter l’ensemble de la chaîne”.

“Comme l’avait compris il y a trente ans le juge Falcone (juge anti-mafia), la seule manière de lutter contre les groupes criminels, c’est la confiscation de leurs avoirs, pas les mettre en prison”, a acquiescé M. Felicio d’Europol, ajoutant que pour les trafiquants, “Cash is still king” (“l’argent liquide est toujours roi”, ndlr).

AFP

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Sur la Question de la Justice Climatique, Qui est Mis à l’Ecart? 

  Par : Catherine Constantinides
Lorsque nous parlons de justice climatique, la première chose qui vient à l’esprit est le sort des petits États insulaires, qui contribuent peu au réchauffement planétaire, mais souffrent de ses plus graves impacts. 
Ou peut-être pensons-nous à des pays vulnérables au climat tels que le Pakistan, où des millions de personnes risquent de se déplacer en raison d’inondations sévères.
Mais avec la dernière tranche des négociations climatiques de l’ONU en cours à Marrakech, n’oubliez pas le peuple du Sahara occidental juste à côté.
Le Maroc est devenu un acteur clé de la politique climatique internationale après avoir assumé la présidence de la Conférence des Nations Unies sur le climat cette année, connue sous le nom de COP22.
Il est troublant et ironique qu’une responsabilité aussi importante ait été confiée à un pays qui a démontré à maintes reprises son profond mépris pour le droit international et les Nations Unies et qui demeure une puissance d’occupation brutale.
Au cas où tous ceux qui sont impliqués dans la politique climatique internationale – journalistes, diplomates, acteurs de la société civile – l’oublient : en dépit d’une opinion de la Cour internationale de Justice en 1975 qui juge que le Maroc n’a aucune revendication valable sur le territoire du Sahara occidental, le Maroc a illégalement occupé le territoire, Situé au sud de sa frontière sud, pendant quarante ans.
Un but admirable, mais le fait que le Maroc accorde activement de nouveaux contrats d’exploration pétrolière à des sociétés étrangères pour forer illégalement à terre et en mer au Sahara occidental remet en question ses véritables intentions.
Déjà, une partie du développement énergétique du Maroc prend lieu au Sahara Occidental. L’énergie produite au Sahara Occidental – sans le consentement de son peuple – est exportée vers le Maroc. Le palais royal réglemente le marché énergétique marocain et reçoit d’importants contrats énergétiques sur le territoire occupé.
Cela contrevient à l’avis juridique de 2002 de l’ONU qui affirme que les activités d’exploration et d’exploitation des ressources naturelles du Sahara occidental ne peuvent être menées que conformément aux intérêts et aux souhaits du peuple du Sahara occidental.
Le Maroc n’a pas consulté les populations du Sahara Occidental sur ses projets d’énergie verte sur leur territoire, et le peuple du Sahara occidental n’en profitera pas non plus. Tout simplement: les actes du Maroc violent le droit international. Si on ne le met pas sous contrôle, cela renforcera l’occupation et endommagera le processus de paix. 
Les Sahraouis n’ont aucun intérêt à perturber la coopération internationale essentielle et urgente nécessaire pour faire face à la crise climatique. Mais il est impératif que tous les acteurs de la politique climatique internationale comprennent qu’aucun pays ne mérite moins l’honneur et la responsabilité de guider ces négociations cruciales que le Maroc: un pays qui a unilatéralement expulsé le personnel de maintien de la paix de l’ONU et refuse à maintes reprises de se conformer aux résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU.
Lors de la COP22 à Marrakech, la communauté internationale ne doit pas permettre au Maroc de balayer les injustices du Sahara occidental sous le tapis. Les pays responsables, les journalistes et les membres de la société civile peuvent profiter de cette occasion pour faire savoir qu’ils ne tolèrent pas le comportement du Maroc.
Le Maroc ne commencera à agir en tant que partenaire international responsable des Nations Unies que face à une forte pression internationale. D’abord, en acceptant de revenir aux négociations directes avec le Front Polisario, le représentant internationalement reconnu du peuple sahraoui, pour organiser un référendum aussitôt que possible.
En tant que militante du climat, j’ai consacré une grande partie de ma vie à la poursuite d’un avenir sécurisé pour tout le monde. La lutte contre le changement climatique est le défi le plus important de notre temps, mais il ne doit pas être utilisé comme un écran de fumée pour masquer les injustices perpétrées contre les peuples les plus marginalisés du monde.

Traduction de l’Anglais par  

Khalil Asmar

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Sommet Arabo-Africain: L’Afrique persiste et signe, toujours fidèle à sa Charte.

  

Le quatrième forum Afrique-Monde Arabe, qui vient de se tenir dans un Etat africain, la Guinée Equatoriale, n’a pas beaucoup intéressé la presse occidentale, mais a, sans aucun doute, mobilisé celle du Maroc.
Que s’est-il passé de très important pour nos amis Sahraouis, pour le Front Polisario et pour la République Arabe Sahraouie Démocratique ? A ce forum important au niveau économique, renforçant les liens entre Etats du Sud, le Front Polisario s’était jusqu’à présent abstenu de participer.

A la demande de plusieurs Etats de l’Union africaine, compte-tenu de la présence significative de la RASD dans la vie politique de l’Union, celle-ci a décidé cette année de participer à ce forum comme membre à part entière de l’Union africaine. Le monde arabe étant représenté au niveau de ses Etats et de la Ligue arabe.

On connaît la position traditionnelle de la Ligue arabe qui sur pression marocaine, soutenue par les Etats du Golfe, a depuis 1973 refusé de reconnaître le Front Polisario et s’interdit toute relation avec la RASD.

Aussi dès l’ouverture du Forum à Malabo, la délégation marocaine a exigé que les organisateurs « chassent » la délégation de la RASD, enlèvent le drapeau sahraoui sinon ses membres refuseront de siéger aux côtés d’une telle délégation !

Le roi Mohamed VI, comme son père Hassan II, a tendance à ne pas comprendre l’attachement des Etats africains à leur Charte. Depuis un an, le Roi du Maroc manoeuvre à coups de voyages, de business et de cadeaux pour convaincre les dirigeants de l’Union Africaine, de se débarrasser de la RASD et d’ouvrir grandes leurs portes au Maroc.

Les responsables africains du Forum n’ont pas cédé au chantage, alors le Maroc est parti avec quelques uns de ses amis : Arabie Saoudite, Yémen, Jordanie, Barhein, Qatar, Emirats, qui espéraient pourtant investir dans la riche Afrique !

L’Afrique persiste et signe et en même temps provoque une division au sein de la Ligue Arabe puisque 2/3 de ses membres sont restés au Forum aux côtés de la RASD comme l’Egypte, le Soudan, la Tunisie, la Somalie, Djibouti etc et en premier lieu l’Algérie. La déclaration finale est restée également fidèle aux principes de la Charte de l’Union Africaine et donc au respect des frontières coloniales et au droit à l’autodétermination pour tous les peuples colonisés.

C’est un grave revers pour le Maroc tant en Afrique qu’auprès d’une partie des Etats de la Ligue arabe. Il reste quelques semaines à Ban Ki Moon pour manifester autant de fermeté et imposer au Maroc de revenir à la table des négociations directes pour véritablement négocier et respecter le droit international et tout le mois de décembre au Conseil de sécurité, présidé par l’Espagne pour soutenir un tel engagement. L’Union africaine montre le chemin depuis plus de 30 ans ! Le 12 novembre 1984, elle admettait la RASD à siéger à l’OUA comme 51 éme Etat membre.
S.I

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Western Saharan refugee women use film in liberation struggle

Annexed by Morocco more than 40 years ago, Western Sahara is known as the last colony in Africa. 
Iman Amrani visits the Dakhla refugee camp in Algeria, where the remote Fisahara festival is held. Women explain how they are using film activism to empower their community.

Film made by “The Guardian”

Posted in Uncategorized | Leave a comment

#WesternSahara: A camera saves a Saharawi woman from the claws of a Moroccan police gang

Posted in Uncategorized | Leave a comment