The Moroccan Diplomacy Of Blood In North Africa

The Moroccan Diplomacy Of Blood In North Africa.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Why we are asking Aziza Brahim to boycott the Jerusalem Sacred Music Festival

11751884_1619541821619412_694195223003616676_n Photo from our facebook campaign. Please like our page at  https://www.facebook.com/Aziza.Dont.Sing.Apartheid.Jerusalem?fref=ts

We are asking Aziza Brahim to respect the Palestinian call for a cultural boycott of Israel. Initiated in 2005, Boycott, Divestment and Sanctions campaign (BDS) is a call endorsed by the great majority of Palestinian civil society to pressure Israel into ceasing its systematic oppression of Palestinians and abide by their legal right to self-determination and independence.  After 67 years of denying such rights, with thousands of Palestinians massacred and millions remaining refugees, Israel has been accused of committing genocide and crimes against humanity. Like the Indigenous Saharawi people, Palestinians also have been awaiting justice, freedom and the realization of their rights since 1948.

Viewing the list of musicians and singers attending the 2015 fourth edition of the “Jerusalem Sacred Music Festival”, it was brought to our attention that the singer Aziza Brahim from occupied Western Sahara is invited to perform a music concert scheduled on September 2nd, 2015, and held at the Tower of David in Occupied East Jerusalem. This festival is organized by Jerusalem Season of Culture which was initiated by the Schusterman Foundation –Israel, a branch of the Schusterman Foundation whose headquarters is based in the USA. Its sponsoring of this annual festival, according to the pamphlet, is in cooperation with the Jerusalem Municipality, the Jerusalem Foundation, and a dedicated group of founding funders.

It is important to note that the Schusterman Foundation, a prominent donor in the Jewish nonprofit world, is known to be a major supporter of pro-Israeli causes and a fervent back up to pro-occupation policies of the AIPAC lobbyists.  An organization as such is willing to overlook Israel’s oppression of Palestinians in exchange of funding. Thus, its sponsoring and organization of this festival is an exposed attempt to cover up its tacit support to Israel human rights abuses against the Palestinians and crimes against Palestinian children.

Seizing the growing popularity of Aziza Brahim, this main funding foundation of this festival is, accordingly, trying the exploit her name for political goals; it is to legitimize the Israeli brutal occupation of the Palestinian land and embellish the hideous face of the state of Israel. Similarly, the festival attempted to exploit Malian singer Salif Keita, who pulled out of the 2013 edition.

Aziza Brahim can be informed on this ploy and why she should cancel and refuse to breach the Palestinian boycott picket line

 On Facebook:
https://www.facebook.com/aziza.brahim.official

On Twitter:
https://twitter.com/azizabrahim1

@AzizaBrahim1

Other urls:

http://aziza-brahim.blogspot.fr/
http://www.azizabrahim.com/
http://label.glitterhouse.com/artists.php?show=62

Posted in Uncategorized | 3 Comments

Après son scandale, le Crans Montana Forum a clôturé ses travaux avec l’enlèvement de deux jeunes sahraouis

10394561_399178413540418_6061598291210339055_n Photo prise d’un angle qui reflète la vraie carte géographique du Maroc

Dimanche 15 Mars, 2015

Au moins, deux jeunes sahraouis ont été enlevés le Dimanche 15 Mars, une journée après la clôture du Forum Crans Montana à Dakhla occupée. Selon l’Observatoire Médiatique sahraoui de la Documentation des Violations des Droits de l’Homme, branche Dakhla, il s’agit bien du jeune Fadili Hnan et un autre jeune non-identifier encore. L’enlèvement vient après une campagne de chasse policière contre ces deux jeunes sahraouis qui sont connus par leur position explicite envers l’Independence du Sahara Occidental et leur refus catégorique de la farce du Crans Montana Forum de prendre lieu dans leur terre occupée. Comme il parait, les forces d’occupation marocaines ont reporté la détention de ces deux jeunes jusqu’après la clôture du Forum par peur de l’impact négatif qu’un tel fait peut engendrer à un forum qui s’est viré au fiasco avant même son inauguration. Par ailleurs, des manifestations nocturnes qui ont pris lieu à Dakhla simultanées avec les travaux de ce forum ont été violemment dispersées sans enregistrer de victimes ou incarcérations.

Après la clôture du forum, le temps de rendre les comptes est venu.

De plus, le Crans Montana Forum s’est achevé sur un scandale retentissant après que l’ONU a publié un communiqué officiel qui dément les allégations mensongères des organisateurs de ce forum qui ont déclaré que l’ONU faisait partie prenante dans les travaux de ce forum à Dakhla, à travers la présence de M. Douste-Blazy, conseiller spécial du Secrétaire général sur les financements innovants. Le communiqué onusien souligne que la présence de M. Douste-Blazy est “exclusivement à titre privé”

“Alors que Dakhla est décrite dans les matériaux du Forum comme étant une ville du Maroc, le statut définitif du Sahara occidental fait l’objet d’un processus de négociations mené sous les auspices du Secrétaire général, conformément aux résolutions pertinentes des Nations Unies” a rappelé l’ONU dans sa note.

Pour rappel, l’Union Africaine avait publié un communiqué dans lequel elle rejette la demande des organisateurs de Crans Montana pour prendre part dans ses travaux à Dakhla occupée. De même, l’Union Européenne, l’ONU, la Grande-Bretagne, la Suisse et d’autres pays et ONGs ont rejeté la demande de Crans Montana visant à faire cautionner le projet du fait accompli marocaine à travers ce forum, qui s’est arrangé au côté de l’occupant au mépris du droit et la légalité internationale.

Pour un observateur dans les affaires économiques et stratégistes, l’absence de toutes ces instances continentales, internationales et pays influents et leur boycott de ses travaux ont rendu les recommandations de ce forum juste un encre sur papier.

K. Asmar.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Status of Western Sahara under Morocco occupation

10534150_694188397323146_1520571466702549143_n

The status of Western Sahara is still locked in a stalemate pending the resolution of the the United Nations which oversees the file management of the negotiations between the Polisario and Morocco to determine the future of the Western Sahara.
The overall situation of the people of Western Sahara is as following:

 – Sahrawi Refugees Camps: Thousands of Sahrawis live in harsh climatic conditions, away from home since 39 years, under severe shortage of international aid, and difficult economic conditions imposed by the asylum realities.
75 % of Western Sahara land is occupied by Morocco, while the Polisario front that represents the Saharawi Arab Democratic Republic is in control of the eastern remaining part denoted as liberated zones.

 The situation of the region occupied by Morocco: the systematic human rights violations are still ongoing, where the prohibition of the right of peaceful protest, the right of association, the right to express opinion are still forcefully banned and subject to heinous crack down, in addition to out-of-law practices of Moroccan authorities monitoring and spying on all means of communication without any judicial permit.

 The Human Rights status: still the Moroccan authorities continue to prevent any kind of manifestation of expression, and continue its series of political arrests and fabrication of charges for the activists, beside the restriction and control  of movement and the right of free expression or the exercise of any activities that do not serve the Moroccan state in the occupied Western Sahara. .The militarization of the Saharawi cities continues where the Moroccan state still spreads terror in Western Sahara causing a strangling grip on the Saharawis in their own occupied land.

The political situation: the Moroccan state continues to impose the politis of “fait accompli” by ignoring UN resolutions and recommendations of the Security Council. The Moroccan state has been waging a campaign of diplomatic and media propaganda against the United Nations and especially against the Secretary-General and his representative Christopher Ross in an unprecedented way because of the recommendations of the Human Rights and natural resources monitoring. This goes along with the fact that there are hints that the Western Sahara conflict might be transferred to the seventh UN chapter which allows an imposable resolution on the parties in conflict.

Economic and social situation: The Moroccan state still prevents the local Sahrawis from benefiting from their own natural resources by craeting twisted obstacles in an attempt to prevent the Saharawis from working while encouraging Moroccan settlers to flourish and prosper.The Moroccan state has been adopting a strategy of impoverishment for over 40 years described as follows:

Security Control: to minimize any political activity that does not serve the monarchial state  ́s agenda and interests or its presence in Western Sahara, the security forces tend to arbitrarily arrest, assassinate, torture or fabricate charges or
expulsion from the Western Sahara.

Education: In spite of the vastness of the Western Sahara, there are no universities nor any high discipline though there are many small towns in Morocco that have universities in all disciplines. Besides, Western Sahara does not have any higher education institutes or any other related except for primary and secondary education. Paradoxically, Morocco, that has been propagating the huge projects made in the occupied territory, has remained keen on backwarding the Saharawi people by stripping them from the right to a higher education and up to now there is no university cell in whatever speciality. Morocco has built some walls and streets but cunningly has done everything to keep the population uneducated. Thus, rendering the right to education a national threat to its security.

Economy: The Moroccan state considers every Saharawi educated citizen or economically active as a source of security problem and a political threat, because the awareness and the activeness of any Saharawi citizen is a threatening factor within the general concept when it comes to the management of Western Sahara . Therefore, the Moroccan state continues reducing benefit of the population of Western Sahara from its calculations while it encourages the Moroccan settlers to work and invest and live in Western Sahara to change the demographic growth of the Western Sahara. Indeed, this strategy has succeeded to a certain extent, but the overall environement has been seriously damaged (e.i: water resources..)due to its strategy to maintain its occupation at all costs.

The Civil Society: In addition to all this, the Moroccan state rejects the attempts to create a civil society mature and conscious by preventing the establishment of associations or organizations or any other type of human gathering regardless of the activity the Saharawi wish to do. The Moroccan government allows only associations that are affiliated with its security and intelligent services. Besides, Morocco encourages and sometimes inflames very old tribal conflicts by bringing them on the surface by through its pursued colonial administration politics. Morocco’s strategy in occupied Western Sahara is divide to rule

Mohamed elbaikamCivil society activist in Western Sahara, member of an
international collaboration in the Observatory for the Protection of wealth in
Western Sahara , Coordinator of the associations active in the fishing
industry and agriculture and the environment. Dakhla

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Sahara Occidental: Une Francaise enlevée et sequestrée par les autorités marocaines: Compte rondu de Michèle DECASTER

michele-decaster

J’étais venue passer trois semaine chez des amis sahraouis. Je suis arrivée à El Ayoun le mercredi 6 août à 18h50 via Casablanca. A ma descente de l’avion, en arrivant à la porte de l’aéroport j’ai vu un homme en civil me filmer. J’ai pensé : “déjà”, étant habituée à être photographiée, filmée, écoutée et suivie dès que je mets les pieds au Sahara occidental ou à Guelmim et Tan Tan dès que je rencontre les résistants sahraouis. Cette situation je l’ai connue en 2002, 2008, 2010, 2012 et 2013 La suite pourtant m’a surprise.

Un homme en civil s’est saisi de mon passeport sans se présenter et a disparu plus d’une demi heure. A son retour il m’a dit que je devais repartir par l’avion qui m’avait amenée car “indésirable”. Je lui ai fait remarquer que ce n’est pas un terme juridique et que cela ne suffit pas à me contraindre à partir. J’ai exigé d’être présentée à une autorité judiciaire.

Leurs demandes concilantes, m’invitant à “être raisonnable” ont bien vite été suivies d’intimidations verbales et physiques. Après s’être saisis de mon sac de voyage, un policier a tenté de m’arracher mon bagage à main. Il m’a tordu le bras pour y parvenir. Ensuite ils m’ont poussée et tirée par les bras. Je me suis retrouvée au sol, ils me traînaient, mais se sont arrêté à la porte, de crainte que les passagers de l’avion aperçoivent cette scène non prévue à leur scénario… Ils ont alors eu recours au commandant de bord qui m’a expliqué ramèner souvent des Marocains, expulsés de France… et que si je ne repartais pas en avions, je devrai voyager en taxi jusqu’à Casablanca !

Vers 21h15 les policiers en civil sont revenus vers moi pour m’annoncer que j’allais être conduite en taxi devant une autorité judiciaire (des fourbes et des menteurs). Devant cette vingtaines de personnes j’ai senti qu’il y avait un gros risque d’enlèvement et j’ai exigé qu’un policier en tenue m’accompagne et j’ai vloulu prévenir le Consulat de France et des défenseurs des droits de l’homme sahraouis, mais ils me l’ont interdit. Tout était donc clair. J’ai tenté de téléphoner, l’un d’eux, plus vindicatif que les autres m’a saisi la main pour me prendre mon téléphone qui est tombé à terre ; je l’ai récupéré mais la batterie avait été éjectée et un policier a mis un coup de pied pour l’éloigner de moi, un autre m’a retenue. La scène a été filmé comme la plupart des échanges, qu’ils osent montrer ces images de policiers courageux malmenant une femme qui vient de fêter ses 67 printemps !

Ils m’ont dit (et encore menti) que la batterie me serait rendue dans le taxi. Je suis alors allée vers le taxi où j’ai réclamé ma batterie. Refus de leur part, refus de la mienne de monter à bord. Ils m’ont alors poussée à trois, pendant qu’un quatrième entré par l’autre porte me tirait par le corps.Je précise que je n’ai pas été tabassée, seulement rudoyée à deux reprises : dans l’aéroport et devant le taxi.

J’ai été enlevée contre ma volonté hier soir à 21h30 de l’aéroport d’ElAyoun et séquestrée dans un véhicule présenté comme étant un taxi. Je n’ai pas été expulsée, ayant fait valoir que cette expulsion aurait été illégale car sans décision judiciaire alors que j’étais entrée en toute légalité à Casablanca.

Deux hommes en civils sont mottés à bord en sus du chauffeur. 3 fourgons des GUS (Groupes Urbains de Sécurité) nous ont “escortés” jusqu’à la sortie El Ayoun ainsi qu’un véhicule banalisé qui fut seul à nous suivre jusqu’à la sortie du territoire non autonome du Sahara occidental. Direction Agadir m’a-t-on annoncé alors. Pour quoi y faire ???

Durant le voyage j’ai craint plusieurs fois que nous ayons un accident : le chauffeur roulait « à tombeau ouvert », téléphonant sans cesse ou répondant à des appels alors qu’une circulation importante de gros camions venant en face éblouissait souvent. Je ne pouvais m’attacher, les ceintures à l’arrière ne pouvant être accrochées. D’ailleurs personne n’était attaché. Les deux portières arrière étant bloquées, si nous avions eu un accident nous n’aurions pu sortir. On ne m’a permis qu’une seule fois d’aller aux « toilettes » plus d’une heure après que j’en aie eu fait demande. Il fallait que mes « accompagnateur » téléphonent à droite et à gauche pour y accéder, de même pour que je puisse avoir accès à mon bagage à main enfermé dans le coffre. Le taxi ne s’est pas arrêté dans l’un des restaurants devant lesquels nous sommes passés, mais à la dernière pompe à carburant où les WC femmes étaient d’une puanteur écœurante, sans chasse d’eau ni porte, dans un couloir dont la porte n’avait pas de serrure.

Ma deuxième demande n’a pas été exhaussée car nous approchions d’Agadir. Pourtant c’est à Inzgen qu’on a prétendu me débarquer vers 4h30 devant un hôtel miteux où d’ailleurs personne n’avait réservé de chambre. J’ai refusé de quitter la voiture un policier est intervenu à la demande du chauffeur, mais il a fait droit à mon exigence d’être conduite dans un hôtel correct à Agadir.

J’été reçu très courtoisement par la Vice Consul de France à Agadir et je vais me rendre à l’Ambassade de France qui, prévenue de ce qui s’était passé par les militants sahraouis défenseurs des droits de l’Homme, a tenté de me joindre à deux reprises alors que mon téléphone était hors d’usage.

Je n’ai pas pu prévenir mes amis ni ma famille de la suite des événements avant le lendemain après-midi après avoir racheté une batterie à Agadir.

J’ai appris qu’hier soir une avocate canadienne, stagiaire à l’UNICEF, avait été expulsée de l’aéroport d’El Ayoun et expédiée dans l’avion qui l’avait amenée. Elle venait elle aussi visiter une amie sahraouie qu’elle avait rencontrée lors d’une cession du Conseil des droits de l’homme au Palais des Nations Unies.

Voilà ce qu’il en est des progrès en matière de droits de l’homme au Maroc. Mais, chutt… il ne faut pas que l’opinion publique soit au courant, d’ailleurs la presse, la radio, la télé !!!! en ont-elle parlé ? Je dis ça pour rire bien sûr. J’ai pourtant envoyé mon message à nombre de journalistes français, jusqu’à présent seules une radio algérienne et une journaliste de l’Humanité m’ont appelée. Imaginez un instant la scène se produisant à Cuba… elle ferait la Une du JT. Mais je n’ai pas connaissance de ce qui a paru dans différents médias.

Voilà ce qu’il en est de l’ambargo médiatique que le Maroc veut imposer sur ce territoire non autonome pour lequel il n’a aucun mandat international ni autorité légale.

Michèle DECASTER

http://www.afaspa.com/article.php3?id_article=610

Secrétaire Générale de l’AFASPA

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Morocco’s ban of foreign media access to occupied Western Sahara escalates

arton242-7fe92 The Canadian Lawyer Sarah Gal

Tens of foreign journalists and human rights activists who visited the occupied terrirories of Western Sahara have been forcefully deported, and counting only from the last UN resolution issued at the end of last April, the number of deportees have so far exceeded 30. this ferocious compaign of forced deportations comes at a time when Morocco vowed before the international community to respect human rights to avoid a possible remittance of the Minurso, the UN peaseful mission to occupied Western Sahara, to monitor human rights. Yet, Morocco fails its committement and is pursuing its vehement suppression quelling on anyone attemting to break up the media blackout.

During the last 48 hours, the Moroccan authorities expelled a Canadian lawyer from UNICEF. She was ill-treated by members of the Moroccan intelligence who forced her to return to the plane she had aboard towards the Moroccan city of Casablanca.

The Moroccan authorities had also arrested and forcefully deported the president of the French Association of Solidarity with the Peoples of Africa at the occupied city of El Aaiun airport and prevented her from visiting the region, in addition to the expulsion of 6 Basque journalists during this week

Equally disastrous, the Moroccan suppression on the local occupied population have reached monumental proportions with all the mass incarcerations, forced disappearance and even the death of some Saharawis reported in the last few weeks.

Posted in Uncategorized | 2 Comments

Enlèvement d’une citoyenne française au Sahara Occidental

michele-decaster

La militante française Michèle Decaster a été hier soir, le 6 août 2014, empêchée d’arriver à El Aaiun par des forces de police marocaines.
Cette militante se rend régulièrement dans les territoires du Sahara occidental sous occupation marocaine. Cela depuis plusieurs années.
Hier, elle entamait un nouveau séjour chez ses amis sahraouis. Mais cela n’a pas été au goût des autorités marocaines. Pourquoi ? À part le fait que la venue de militants et d’observateurs étrangers est toujours perçu comme une anomalie pour le royaume, et que les expulsions sur fréquentes, de journalistes, d’élus et de militants, difficile d’expliquer les raisons qui ont conduit à cette nouvelle éviction.

En attendant d’avoir plus d’informations, voici les premières lignes envoyées par Michèle Decaster en fin de matinée aujourd’hui et alors qu’elle se trouvait dans un hôtel d’Agadir où elle a été descendue dans la nuit de mercredi à jeudi.

“J’ai été enlevée contre ma volonté hier soir à 21h30 de l’aéroport de El Aaiun et séquestrée dans un véhicule présenté comme étant un taxi. Je n’ai pas été expulsée, ayant fait valoir que cette expulsion aurait été illégale car sans décision judiciaire alors que j’étais entrée en toute légalité à Casablanca.”

Enfin Michèle Decaster dit avoir été “rudoyée” (le mot est d’elle) à deux reprises par des policiers, à l’aéroport et quand on l’a fait monter de force dans un véhicule civil (présenté comme étant un taxi!) pour la faire sortir de El Aaiun depuis son aéroport.
À suivre…

Nouvelles du Sahara Occidental

Posted in Uncategorized | Leave a comment